Quel thermomètre choisir ? Et pourquoi l’infrarouge ?

Pourquoi mesurer sa température ?

La température normale du corps est de 37°Celsius, mais elle peut varier dans les états pathologiques, au cours de la journée ou tout simplement d’une personne à une autre selon son rythme biologique. La température corporelle est un indicateur clef de certaines maladies infectieuses qui sont caractérisées par l’apparition de fièvre (plus de 38,5 °C).
Avoir accès à cette donnée corporelle est ainsi un outil essentiel pour le suivi de l’état de santé de tout à chacun.

Quelles solutions pour mesurer sa température ?

Si nous mettons de côté les thermomètres à cadran ou de Galilée, peu adaptés à la mesure médicale, 3 catégories de thermomètres sortent du lot :

  • Thermomètre classique (anciennement au mercure puis au galinstan) : Ce type de thermomètre permet une mesure facile de la température rectale, buccale et axillaire (aisselle). Son utilisation nécessite un nettoyage régulier et systématique après chaque utilisation. La prise de température avec ce thermomètre nécessite une attente plus ou moins longue de 3 minutes.
  • Thermomètre à infrarouge : voie tympanique (oreille) et temporale (tempe). Muni d’une sonde à infrarouge, il évalue la température à partir des rayonnements du corps. Il effectue une série de mesures en moins d’une seconde et retient le résultat le plus élevé.
  • Thermomètre à cristaux liquides : voie frontale (front). Il se présente sous forme d’une bandelette qui contient des cristaux liquides sensibles à la chaleur. Ces derniers deviennent apparents sur une échelle graduée. Pour prendre la température, on les place sur le front et le résultat s’affiche en 15 secondes environ.

Où mesurer sa température ? 

  • La voie rectale : Elle consiste, après l’avoir préalablement désinfecté, à introduire dans le rectum un thermomètre médical classique ou électronique. Cette méthode est la plus fiable car c’est celle qui donne précisément la température centrale du corps.
  • La voie buccale : Elle consiste à placer la sonde propre d’un thermomètre classique ou électronique sous la langue en veillant à bien refermer la bouche et à respirer par le nez. Cette méthode est moins fiable que la précédente, mais elle est couramment utilisée par les Anglais.
  • La voie axillaire : Elle consiste à placer la sonde désinfectée d’un thermomètre classique ou électronique sous l’aisselle et bien au centre, en prenant soin de bien replacer le bras le long du torse pour éviter que l’air ne passe. Cette méthode n’est pas très fiable en raison de l’air qui passe sous les aisselles.